Il y a quelque chose d’étrange à plonger régulièrement dans les profondeurs du métro de Mexico au Mexique. De nombreuses cultures ont vénéré les grottes et autres portes du monde souterrain, les considérant comme des lieux puissants, abritant des dieux et des démons. Ce n’est pas le genre d’endroits où l’on trouverait sécurité et réconfort. Cependant, la modernité nous a obligés à envahir ces univers sombres à la recherche de l’espace qui nous manque dans les grandes villes. Les tunnels souterrains du monde entier regorgent d’histoires qui semblent favoriser le fantastique, peut-être en raison du manque de lumière ou de l’absence d’air frais.

Métro à Mexico : Notre guide ultime pour tout savoir

Vue du métro à Mexico

Sommaire

Mexico est immense et chaotique (c’est l’une des plus grandes métropoles du monde), il est donc naturel de se sentir dépassé, en particulier pour les visiteurs novices. Ce guide rapide vous aidera à maîtriser l’art du transport dans la ville de Mexico afin que vous puissiez bientôt vous déplacer les yeux fermés (presque).

Transport public

Mexico propose trois options principales pour les transports publics:

Métro

C’est la meilleure façon de se déplacer dans la ville. Son réseau est suffisamment vaste pour vous permettre d’accéder aux zones que les visiteurs doivent explorer. Il est rapide, bon marché, bien connecté et facile à utiliser. Vous pouvez acheter des billets simples (5 pesos) dans n’importe quelle gare, ou une carte rechargeable pour 10 pesos supplémentaires (cette carte peut également être utilisée dans le Metrobús).

Les voitures et les stations de métro sont sûres, mais vous devez être conscient des pickpockets.

Les arrêts de métro sont réguliers (consultez le plan du réseau ici ).

Heures de fonctionnement :

Du lundi au vendredi: 5h00 – 12h00
Samedi: 6h00 – 12h00
Dimanche et jours fériés: 7h00 – 12h00

Metrobús

Le Metrobús n’est rien de plus qu’un bus rapide (il a sa propre voie de circulation). On le trouve uniquement dans les zones suivantes de la ville:

  • Le centre historique
  • Les quartiers branchés de Condesa et Roma
  • Le sud de la ville – y compris la zone fascinante de Ciudad Universitaria, le campus principal de l’UNAM, le plus grand et le plus important collège public du Mexique.
  • L’aéroport

Obtenez la carte du système Metrobús ici

Ce service fonctionne exclusivement avec une carte rechargeable que vous pouvez acheter directement dans les stations. Il en coûte 16 pesos et comprend le premier trajet. Ensuite, vous pouvez le recharger dans n’importe quelle station. Un trajet simple coûte 6 pesos. La même carte peut être utilisée dans le métro.

Il y a six lignes de Metrobús et chacune a des heures de fonctionnement différentes, mais elles fonctionnent toutes de 5 h 00 à 22 h 00. Pour les horaires complets de toutes les lignes, cliquez ici.

Bus réguliers

Mieux connus sous le nom de «peceros», ils sont partout dans la ville mais sont la dernière option que je recommande pour se déplacer dans la ville de Mexico. Ils sont vieux, les opérateurs conduisent très mal et ils changent leurs itinéraires à leur guise (ce n’est pas si courant, mais cela arrive). Même les habitants se perdent, ce n’est donc pas un moyen de transport conseillé si vous êtes un visiteur pour la première fois. Si vous voulez toujours essayer «peceros», téléchargez l’ application mobile Citymapper où vous obtiendrez des informations précises sur le bus à prendre, où descendre, etc. Les bus réguliers à Mexico n’acceptent que les espèces, et certains d’entre eux ne donnez pas de monnaie, alors assurez-vous d’avoir des pièces avec vous.

Uber et Cabify

Les deux Uber et Cabify sont d’ excellentes options pour le transport privé dans la ville. En comparaison avec les tarifs aux États-Unis et en Europe, ceux du Mexique sont très bon marché et le service est très bon. Si vous êtes une femme et que vous ne vous sentez pas en sécurité en utilisant Uber ou Cabify, essayez Laudrive – il fournit des services exclusivement aux femmes.

Taxis

Malheureusement, les taxis circulant dans la rue ne sont pas une option sûre pour se déplacer dans la ville de Mexico. Au lieu de cela, utilisez des «taxis de sitio» – ils sont très sûrs. Il existe des dizaines d’entreprises desservant différents quartiers de la ville, si vous souhaitez appeler l’un d’entre eux, vous devez demander le numéro de téléphone à l’hôtel ou à un ami local, ou vous pouvez essayer d’appeler «Global Rent Taxi» (5803 2888) .

Ecobici

Ecobici est le service de prêt de vélos de Mexico. Il fonctionne très bien et dispose de stations (où vous pouvez prendre ou laisser des vélos) dans les principaux quartiers de la ville tels que:

  • Le centre historique
  • Polanco
  • Reforma
  • Chapultepec
  • Quartiers de Roma et Condesa

En tant que visiteur, vous pouvez facilement vous inscrire à un service temporaire d’un, trois ou sept jours. Il dispose d’une application mobile pratique pour iOS et Android où vous pouvez localiser les stations, voir s’il y a des vélos disponibles et signaler tout incident.

Voir la carte complète des stations Ecobici ici.

Mini guide pour survivre à votre premier voyage dans le métro de Mexico

Familiarisez-vous avec la carte

Se perdre dans une ville aussi grande que Mexico peut être une expérience assez moche à vivre, surtout si vous êtes censé arriver à destination à une certaine heure pour un rendez-vous par exemple. Dans la mythologie grecque, Thésée a utilisé un fil, qu’il a déroulé pour entrer dans le labyrinthe crétois et en sortir sans se perdre. De nos jours, les choses sont un peu plus faciles : en prenant la carte du métro et en jetant un coup d’œil de temps en temps, vous réussirez facilement à rejoindre votre destination. Cela pourrait être plus facile si les lignes avaient la forme d’une grille et non d’une assiette de nouilles…

Dans votre malheur, vous avez tout de même un peu de chance : les stations ont des noms qui font référence aux rues et aux quartiers que vous pouvez visiter à coté de la station. Il n’est pas nécessaire que vous mémorisiez la carte, mais cela ne fait pas de mal de connaître à minimum vos itinéraires habituels !

Armez-vous de patience et d’empathie à la billetterie du métro de Mexico

– “Vendez-vous des billets pour le métro ici?” – “Non, ici, nous vendons des hamburgers…

Préparez bien votre argent (ou votre carte électronique), car les caissiers du métro peuvent être les êtres les plus amers du monde. Si vous prenez trop de temps pour donner votre argent , ils se fâchent. Si vous avez l’air impatient, ils se mettent en colère. Si vous les saluez, ils ne vous saluent pas en retour, et devinez quoi? Ils se mettent à nouveau en colère. Mais si on se remettait un peu à leur place, on se fâcherait aussi s’ils devaient passer toute la journée assis dans une petite pièce à faire une tâche répétitive.

Connaissez bien le tourniquet et tout ce qui peut mal tourner avec ce «simple croisement mécanique»

Lorsque vous allez mettre votre ticket pour rentrer dans le métro, essayez de ne pas avoir votre ticket froissé, car la machine est un peu capricieuse et vous recrachera votre ticket. Si vous échouer dans l’insertion de votre type en heure de pointe et générer un petit retard devant le portillon, préparez-vous à ressentir la pression de la foule qui se forme derrière vous et éventuellement quelques noms d’oiseaux qui fusent.

Apprenez la danse de «l’esquive» des autres voyageurs

Marcher dans un couloir avec des dizaines de personnes se dirigeant vers le même endroit que vous, ou dans le sens opposé, est un art. Parmi la foule se trouvent les précipités, les distraits, les perdus, les combattants qui sautent à la moindre provocation, et ceux qui semblent s’entraîner à tacler en confondant les transports en commun pour un match de football américain. Il y a aussi ceux qui partent avec de petits enfants, avec de grands sacs, avec des sacs à dos et des valises… et qui ne savent pas les mesurer comme une extension de leur propre corps. Si vous mettez une bonne musique de fond, tout ce mouvement improvisé mais résolu semblera être une piste de danse bien remplie… 

Préparez votre corps et votre esprit à une contraction de votre «espace personnel»

Si vous avez des compétences de contorsion, vous serez à l’aise dans le métro. Si vous êtes plutôt large, faîtes une petite prière. C’est que pour monter dans le wagon d’un métro en heure de pointe, il faut un peu d’habileté pour ne pas être écrasé contre le mur opposé. Il y a quotidiennement des mains écrasées, des corps étouffés et des gens qui s’évanouissent à cause du nombre de personnes qui grimpent quotidiennement dans les rames. Soyez patient et profitez au maximum du voyage…

Aiguisez vos sens et votre perception avec des exercices de méditation

De nombreux exercices de méditation sont destinés à vous apprendre à être dans le moment présent, en reconnaissant chacune des entrées du monde extérieur et comment elles nous affectent. La méditation permet également de se déconnecter un peu du monde réel et d’entrer dans le monde intérieur. Est-ce qu’un bébé pleure et ne vous permet pas de lire? Bloquez ce son avec votre esprit. Quelqu’un a-t-il mangé trop de lentilles? Répétez-vous “Tout arrive: le bien arrive, le mal arrive”. Les wagons poussent-ils votre patience à bout avec leur musique forte ? Reconnaissez la colère et laissez-la aller dans la rivière des émotions.

Choisissez vos batailles

Voyager dans le métro peut vous faire réfléchir à un ou plusieurs dilemmes. Vous essayez de trouver une place rapidement, mais vous vous sentez obligé de céder une place aux personnes âgées ou aux femmes enceintes ou aux bébés. Une voix à l’intérieur de vous insiste pour que “ne soyez pas mauvais”. Si vous êtes une femme, bien que vous croyiez à l’égalité des sexes et à la non-violence, vous évitez d’aller là où il y a beaucoup d’hommes car les “pervers” ne manquent jamais. Il est également possible que vous vous entraîniez à ordonner vos priorités: vous aimeriez jouer avec le téléphone portable ou lire, mais la première chose est la survie. Vous devez vous accrocher fermement aux barres de la rame pour ne pas ou tomber. De temps en temps, vous pensez à quel point ce serait agréable de pouvoir faire du vélo tranquillement à travers la ville…

11 signes que vous êtes un utilisateur expert du CDMX Metro

Vous vous endormez sans craindre de rater votre arrêt

Vous avez développé un instinct de navigation si efficace que vous pouvez dormir à l’aise et vous réveiller au bon moment pour vous lever, décoller votre lézard et vous approcher de la porte avec le temps mesuré pour descendre. Pendant votre apprentissage, quelqu’un a peut-être dû vous réveiller à plusieurs reprises lorsque vous êtes arrivé au terminal ou vous avez même fini par traîner pendant des heures sur la même ligne, mais ce n’était qu’un petit prix à payer pour pouvoir dormir la nuit. jambe lâche qui vous accompagne aujourd’hui.

Vous avez développé une immunité aux heures de pointe

Malgré le chaos de la foule, vous savez exactement où vous mettre pour finir exactement devant la porte qui vous mène à ce coin de la voiture – probablement celui à l’arrière – qui est presque toujours vide et où vous pouvez vous installer confortablement. atteindre votre destination. La version la plus avancée de cette compétence comprend la possibilité de s’endormir debout en utilisant les personnes autour de vous comme support et matelas.

Vous avez bien compris comment bien gérer les descentes …

Personne ne veut être cette personne qui continue de crier «descendez, descendez» alors que les portes du métro se ferment et que le train démarre. Un vétéran du métro CDMX sait très clairement dans quelles gares les gens descendent et comment ils doivent gérer l’espace à l’intérieur de la voiture pour se retrouver devant la porte de la gare où ils vont descendre. Tout au plus vous devrez demander à la personne en face si elle descend dans le suivant et contourner l’un ou l’autre wagon, mais que vous descendez, vous descendez.

Et les connections entre les métros aussi

Vous connaissez le chaos ordonné qui semble toujours régner à Chabacano, vous savez que Pantitlán à sept heures du matin est comme une répétition de l’enfer et qu’Atlalilco semble avoir été conçu pour former des marathoniens; mais vous connaissez également certains coins pittoresques comme le tunnel des sciences à La Raza, le cinéma caché à Zapata, la gigantesque fresque qui orne la plate-forme de Copilco et le musée du métro de Mixcoac. Plusieurs fois, vous vous dépêchez dans les couloirs et les escaliers des différentes stations de métro, mais parfois vous décidez de vous arrêter pour profiter de certains de ses détails.

Vous savez quand il y en a encore de la place pour une personne de plus

Les portes du métro sont ouvertes et derrière il y a une masse amorphe composée de sacs à dos, de ventre et de bras tordus. C’est une scène dantesque et l’observateur occasionnel dirait qu’il n’y a plus de place. Vous observez attentivement chacune des portes et – dès que le coup de sifflet retentit – vous vous intégrez dans celle dans laquelle se cachent quelques centimètres cubes à occuper. Le train ferme ses portes au bon moment pour vous piéger à l’intérieur. Vous êtes écrasé comme une sardine et la porte vous pince la fesse, mais vous entrez et c’est ce qui compte.

Vous connaissez ceux qui se montent dans les rames pour chanter

Si vous utilisez la même ligne tout au long de la semaine, vous coïncidez probablement fréquemment avec ce couple qui transforme les succès d’hier et d’aujourd’hui en musique andine, avec un passionné de rock urbain ou avec un autre représentant sous-évalué de la musique populaire. Les personnages qui fréquentent les lignes de métro pour exposer leur talent en échange de quelques pièces sont aussi variés que particuliers.

Vous n’êtes jamais cette personne qui reste coincée dans le tourniquet

Ce n’est pas qu’il y ait un protocole précis pour passer les tourniquets, mais le temps vous a appris qu’avant de traverser, vous devez vérifier que votre billet est passé ou que votre carte a un solde. Parce qu’il n’y a rien de pire que de rebondir sur les tubes du tourniquet lorsque vous êtes pressé.

Vous ne vous souciez plus des brusques freinages

Si vous êtes un utilisateur du métro de Mexico depuis un certain temps, vous savez que les trains s’arrêtent souvent brusquement et sans raison apparente. Sur certaines lignes, cela arrive plus souvent que sur d’autres, mais un voyage moyen aura en général au moins un ou deux freinage frénétique. Vous en êtes pleinement conscient et vous avez entraîné votre corps et votre esprit à faire face à ces mouvements soudains de manière douce et gracieuse. Les utilisateurs plus avancés ont même la possibilité de se maquiller ou de boire un café en plein freinage.

Vos interactions avec les employés des guichets est efficace

Vous êtes rapide, efficace et cordial dans vos relations avec les gens des guichets. Cinq, s’il vous plaît, dites-vous d’une voix forte et claire, alors que vous étendez à la personne derrière la vitre le changement exact pour effectuer votre transaction, vous remerciez sans rien attendre en retour et disparaissez dans la foule. Le maintien de cette attitude sur une base régulière vous permettra de gagner la sympathie du box-office et la chance même de retrouver le sourire.

Vous connaissez le plan du métro comme votre poche

Vous n’avez peut-être pas parcouru toutes les lignes de métro, mais vous avez une image mentale assez précise de la carte et vous localisez même des zones de la ville par les stations qui s’y croisent. Vous n’avez peut-être pas une grande idée des routes et des avenues, mais vous connaissez l’itinéraire le plus direct pour aller d’El Rosario à l’Escuadrón 201 et de Mixcoac à Indios Verdes. Pendant que vous êtes à l’intérieur du métro, vous vous sentez dans votre élément.

Les histoires secrètes du métro de Mexico

La réapparition du signal divin

Le mythe fondateur de Mexico (connue sous le nom de Tenochtitlán par les aztèques) est présent dans l’emblème national et dans la mémoire collective de tous les Mexicains. C’est une histoire qui raconte un long pèlerinage , une prophétie et de la chance avec laquelle les Mexica coururent quand, contre toute probabilité, ils trouvèrent un aigle debout sur un cactus de figue de Barbarie dévorant un serpent. Le fait que cet étrange signe – prophétisé par Huitzilopochtli lui – même – soit au centre d’un lac n’empêcha pas la capitale mexicaine de s’établir et de prospérer selon des desseins divins.

Les mois les plus pluvieux de 2017 tournaient et le métro a fait la une des journaux grâce à ses inondations constantes. C’est dans ce contexte que le signal divin a été reproduit au milieu de la modernité et du chaos de Mexico. Un «aigle» perché pendant plus d’une heure sur l’un des panneaux indiquant la station Nopalera sur la ligne 12 du métro. L’événement a étonné les habitants et les étrangers, qui ont immédiatement commencé à comparer les trains de métro avec le serpent mythique et les infâmes inondations avec l’ancien lac de Texcoco. L’un des rapports les plus heureux a été fait par l’ Institut national d’anthropologie et d’histoire qui, à travers un tweet, a confirmé que cette observation était le signal divin du Mexica et a vérifié que cette ville est, après tout, le Grand Tenochtitlan.

L’analyse des photos par des spécialistes du sujet a confirmé que l’aigle en question était en réalité un faucon Harris et non l’ oiseau qui fait partie des armoiries nationales . Ce faucon est commun dans les zones boisées qui entourent la ville, bien qu’il ne soit presque jamais vu voyager dans le métro.

L’homme du métro de Balderas et les anciens habitants de la vallée du Mexique

De nombreuses découvertes ont été faites en creusant les tunnels à travers lesquels passe notre métro. Les excavateurs se sont arrêtés face à des découvertes aussi disparates qu’un mammouth, des centres cérémoniels préhispaniques et un squelette vieux de plusieurs milliers d’années. Cette dernière découverte a été baptisée l’Homme du métro Balderas et a été trouvée lors des travaux de construction du premier étage du métro – qui comprenait les trois premières lignes – à la fin des années 1960.

El Hombre del Metro Balderas a été retrouvé à quelques mètres de profondeur dans les fouilles effectuées sur la Calle de Independencia, qui est en fait plus proche de la gare de Juárez que de Balderas. Il s’agit de la dépouille d’un homme adulte, âgé d’environ 35 ans, qui vivait dans la vallée du Mexique il y a environ 10 500 ans. Comment se fait-il que les restes de cet homme aient été préservés à quelques mètres de la surface pendant tant d’années? La réponse est liée à l’histoire géologique de la vallée du Mexique.

Il y a quinze cents ans, des mammouths et certains groupes d’humains parcouraient la vallée du Mexique sans grande inquiétude jusqu’à ce qu’une chute de cendres aux proportions inhabituelles commence. C’était la cendre de Nevado de Toluca , qui est entrée dans sa dernière grande éruption plinienne. L’éruption a non seulement modifié les écosystèmes autour du volcan, mais a dispersé une couche de cendres qui recouvrait complètement le centre du Mexique. Metro Balderas Man doit être mort peu de temps avant l’éruption et ses restes ont été enterrés et préservés par l’épaisse couche de cendres qui s’est déposée sur lui.

Il est à noter que l’homme du métro de Balderas n’est pas le plus ancien squelette trouvé à Mexico (cet honneur est pris par les restes humains du Peñón de los Baños), mais ils correspondent à une étape anthropologique dont on sait très peu de choses. La vallée du Mexique n’était pas constamment occupée par les populations humaines jusqu’à il y a environ 4 500 ans.

La Vierge du métro ou l’autre signal divin

Wikipedia définit la paréidolie comme “un phénomène psychologique où un stimulus vague et aléatoire est perçu à tort comme une forme reconnaissable”. Depuis l’enfance, nous nous sommes formés à cet art en recherchant des formes dans les nuages ​​ou en identifiant des visages dans les nœuds du bois de nos meubles. L’un des exemples les plus célèbres de paréidolie dans le monde est le célèbre visage de Mars , un relief sur la surface martienne qui a suscité un débat sur l’existence ou non d’une civilisation sur notre planète voisine. À Mexico, nous avons un exemple de paréidolie collective qui est en vigueur depuis plus de vingt ans. Nous parlons, bien sûr, de la vierge du métro Hidalgo.

L’histoire commence – encore une fois – avec la saison des pluies et les infiltrations d’eau dans les souterrains de la ville. C’était en juin 1997 lorsque Carlos Guevara, un vendeur de bonbons, a remarqué une flaque d’eau aux caractéristiques uniques. Le mot se répandit et sous des formes moins qu’un point humide, des milliers de fidèles de Guadalupe se pressaient dans les couloirs de Metro Hidalgo pour assister à la deuxième apparition de la Vierge de Guadalupe … sous la forme d’une flaque d’eau.

Les utilisateurs du métro se sont eux-mêmes consacrés à la préservation de l’image et à la mise en place d’autels improvisés, qui à leur tour attiraient des personnes plus curieuses et dévouées. Finalement, la Vierge du métro a été déplacée dans une chapelle à l’extérieur de la gare Hidalgo où elle reste, négligée et au bord de l’oubli, à ce jour. L’archevêché du Mexique a nié qu’il y avait “des éléments pour affirmer la présence divine dans les lignes formées par une fuite d’eau” et a encouragé ses fidèles à ne pas tomber dans “une sentimentalité stérile et une vaine crédulité”.

Le rat géant de la lignée 3 … et ses six petits

Le métro est un foyer de légendes et notre métro ne fait pas exception. Les tunnels reliant les 195 stations du réseau ont donné lieu à des histoires d’âmes en souffrance, de tueurs en série, de vampires et même de cannibales, mais l’une des histoires qui s’est le mieux installée dans l’inconscient collectif de la capitale était celle d’une énorme créature. qui était caché dans les coins les plus sombres de la ligne qui relie Indios Verdes à Universidad. Le mythe urbain du rat géant s’est épanoui dans les années 1990 et a décliné au fil du temps … jusqu’à ce qu’il soit découvert par les travailleurs du métro.

Encore une fois, c’était la saison des pluies – cette fois en 2016 – lorsque les travailleurs du métro ont trouvé l’incarnation vivante du mythe de la ligne 3 avec tout et les bébés. Ce n’était pas un être démoniaque ou surnaturel, mais un opossum qui s’était réfugié à la station du centre médical – probablement fuyant les pluies – pour avoir leurs petits. Le possum (surnommé Cuca pour des raisons prévisibles) et sa horde de bébés opossums ont été secourus par une brigade de protection des animaux et emmenés dans la région de Cuemanco où ils ont été relâchés.

Les stations secrètes du métro de Mexico

La ligne 2 du métro a été inaugurée le 1er août 1970 dans la section qui va de Tasqueña à Pino Suárez et dans les mois suivants les travaux qui prolongeaient la ligne jusqu’à Tacuba ont été achevés. Il faudrait encore 14 ans aux deux dernières stations – Panthéons et Cuatro Caminos – pour rejoindre le reste de la ligne. Cependant, il y a ceux qui prétendent que la ligne a une station secrète. Cette station, qui a adopté le nom de Transmissions Militaires, continuerait le réseau de métro jusqu’au Champ Militaire 1 et serait utilisée dans les situations d’urgence lorsqu’il serait nécessaire de mobiliser les forces armées.

Les émissions militaires peuvent être un mythe, mais il y a une station supplémentaire à celles vues sur les cartes du réseau de métro. Cette station n’a pas de motivations cachées ni de secrets à cacher, mais est un lieu dédié à la formation du personnel travaillant sur le métro de Mexico. La station «perdue» s’appelle Expometro et est une annexe de la station Zaragoza sur la ligne 1. Cet endroit n’est pas à l’usage exclusif du personnel du métro mais est un espace récréatif et informatif qui peut être visité par le public en général.

Vous avez des doutes avant de prendre le métro à Mexico ? Ecrivez-nous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Explorez le Chiapas un email à la fois. Recevez la newsletter d'Alma de Chiapas directement par email.

AUTRES ARTICLES

Mole poblano
Arnaud
Les différents plats de la cuisine mexicaine traditionnelle

Soleil éclatant, plages envoûtantes, végétation luxuriante, il y a mille et une raisons de découvrir le Mexique. Mais, la meilleure des rencontres serait de laisser vos papilles gustatives danser au rythme de la cuisine mexicaine traditionnelle. Savoureux, les bon petits plats mexicains vous convient dans une atmosphère délicieuse.

Lire la suite