Coyoacán se trouve au sud du Mexique et il présente un aspect colonial qui est assez traditionnel et original typique du Mexique. À quelques distances du centre-ville, ce quartier est composé de magnifiques rues, de maisons et de places anciennes qui renvoient à l’époque coloniale. Il n’y pas de possibilité d’y retrouver des bâtiments modernes ainsi qu’un trafic considérable des zones les plus près du centre historique. Les visiteurs s’y rendent pour en découvrir plus sur les joyaux et déguster de succulents et agréables plats du quartier mexicain.

Guide pour découvrir Coyoacán, quartier bohème de Mexico au Mexique

Coyoacan

Découvrez le quartier bohème de Ciudad de Mexico, un espace paisible, au sud-ouest du centre historique, et l’un des quartiers les plus populaires de Mexico

Sommaire

Que faire à Coyoacán au Mexique

Il y a plusieurs endroits à découvrir dans ce quartier mexicain – Voici notre liste des meilleurs endroits à visiter et à découvrir pour passer un superbe moment dans ce quartier unique de Ciudad de Mexico. 

Casa Azul – Musée de Frida Kahlo

La particularité de ce musée de Coyoacán est qu’il s’agit de la maison où Frida Kahlo est née, a vécu et est morte. Lorsque vous entrez dans la Casa Azul, vous êtes immédiatement transporté dans l’univers de Frida. À l’intérieur, vous trouverez non seulement certaines de ses œuvres les plus célèbres, comme Viva la Vida et Frida et sa césarienne, mais aussi des journaux intimes, des robes, des miroirs, son lit, et même ses cendres !

Cette maison est une histoire en soi. Non seulement parce que la peintre mexicain y a grandi, mais aussi parce que la Casa Azul est devenue le lieu de rencontre de la vie bohème de Mexico dans les années 1930 et 1940. Diego Rivera a également vécu ici. Il est même resté dans la maison après son divorce avec Frida, dans une pièce séparée qui sert aujourd’hui d’espace pour présenter une partie de la collection préhispanique du muraliste et peintre. De son vivant, Diego Rivera a demandé à Dolores Olmedo de transformer la maison en musée à leur mort à tous deux, en laissant tout ouvert au public, à l’exception d’une salle de bains, qu’ils ont pu ouvrir 15 ans après sa mort. Anecdotes : Lorsque cet espace incognito du musée Frida Kahlo a ouvert, des milliers de documents, photos, robes, livres et jouets ont été découverts et il a fallu aménager le bâtiment voisin du musée afin d’exposer tous ces nouveaux objets trouvés dans la maison.

Comme on peut s’y attendre, en entrant dans la Casa Azul, on découvre des dizaines d’œuvres d’art créées par Frida Kahlo. Parmi les pièces maîtresses : Viva la vida (1954), une peinture à l’huile représentant des pastèques ; un portrait de son père, Guillermo Kahlo (1952) ; et Frida et la césarienne, une peinture inachevée de 1931. Mais il n’y a pas que l’art mexicain que vous aurez la chance de voir durant ce voyage à travers la vie de la célèbre peintre. En vous perdant dans les pièces de la maison de Frida Kahlo, vous trouverez également des objets qui faisaient partie de la vie quotidienne de cette référence de l’art mexicain. Par exemple, vous aurez l’impression de voyager dans le temps en voyant l’un des chevalets utilisés par l’artiste et les peintures à l’huile et au pastel dans son atelier. Mais votre excitation sera sûrement plus grande lorsque vous entrerez dans sa chambre et que vous réaliserez que ce n’était pas un mythe : le lit de Frida a bien un miroir au-dessus.

Réservez votre visite du Musée Frida Kahlo à Ciudad de Mexico

Explorez la célèbre maison bleue de Frida Kahlo

Vous pourrez également visiter certaines des expositions qui sont venues séjourner au musée Frida Kahlo. C’est le cas de Las apariencias engañan : los vestidos de Frida Kahlo ; organisée par Circe Henestrosa Conoan. Il s’agissait de la première exposition montée à partir de la garde-robe de l’ancienne habitante de cette maison.

Le musée propose des visites guidées théâtralisées en journée et en soirée, ces dernières étant accompagnée par une douce musique jazz. Il est conseillé d’acheter les billets pour ces visites à l’avance, car ils sont très prisés. Pour une visite régulière, nous vous suggérons d’acheter vos billets pour le musée Frida Kahlo sur leur site web, afin d’éviter de faire la queue à la billetterie – croyez-nous, elle est très longue. Les billets sont disponibles ici.

Pour sa valeur historique et artistique, le musée Frida Kahlo est l’un des emblèmes de Coyoacán, au sud de Mexico. Mais aussi de tout le CDMX : avec le MUNAL, le Musée national d’anthropologie, le MUAC, le Musée Tamayo et le Musée d’art populaire, il fait partie des musées à visiter au moins une fois dans sa vie.

Parc National Los Viveros de Coyoacán

Il existe encore des endroits où l’on peut s’échapper et se détendre un peu de la ville. Le Viveros de Coyoacán est un espace qui prend soin de la forêt et en favorise la vie. Leur objectif est de faire germer des graines qui permettent la croissance des arbres, qui sont ensuite placés sur les trottoirs, les allées ou les terrains à reboiser au sein du CDMX. Ce site est idéal pour en savoir plus sur les secrets de la sylviculture. Chaque zone est accompagnée d’illustrations qui expliquent sa fonction et sa raison d’être. Vos petits vont sûrement aimer et apprendre beaucoup de choses à travers les dessins. L’une des zones les plus pertinentes est la piste de jogging, profitez également de l’espace de production, d’un auditorium en plein air et de l’exposition d’arbres intervenus par différents artistes. Il y a quatre entrées sur le site. Le premier et le second sont les plus proches du métro, tandis que les deux autres vous mènent au centre de Coyoacán. En entrant, vous remarquerez un plan géant sur lequel vous verrez que les crèches sont délimitées par leurs propres rues (comme une mini-ville). Tout a été pensé pour que vous ne vous perdiez pas devant ses 38,9 hectares. Les espèces d’arbres que vous rencontrerez le plus souvent sont l’ahuehuete, le liquidámbar, le chêne vert, le frêne et le pin. Cet endroit est convivial et gratuit pour les familles. Il est idéal pour faire du jogging et prendre des photos, même si les écureuils peuvent être les vedettes du spectacle. Nous vous recommandons de vous déplacer le plus confortablement possible pour parcourir toute la zone. Avant de partir, allez à la porte quatre et sortez sur votre gauche pour voir l’exposition permanente de fleurs et de plantes, où vous trouverez des plantes d’intérieur et d’extérieur que vous voudrez ramener chez vous pour décorer votre maison. Il y a également une petite aire de restauration, une aire de jeux et des équipements d’exercice. Vous devez absolument visiter ce magnifique parc à Coyoacán.

En résumé : C’est un grand parc qui abrite des arbres. C’est un espace vert de 39 hectares et est considéré comme le poumon de la ville de Mexico. Dans ce lieu, beaucoup d’espèces d’arbres y poussent comme : les eucalyptus, les poiriers, les nopals, les pruniers… et sont destinés parfois à la forestation ou même à la reforestation dans plusieurs parties de la capitale. On rapporte que depuis sa création, environ 2 millions d’arbres ont été plantés à ces fins. C’est aussi un lieu adapté au jogging et à la promenade.

Plaza Jardin Hidalgo

Il s’agit en effet de la principale place de Coyoacán ! C’est pourquoi elle est connue comme étant le deuxième endroit le plus visité à Mexico derrière le Zócalo.
Dotée d’une multitude d’arbres, de fontaines resplendissantes et de bancs destinés au repos, vous y trouverez aussi la célèbre Casa Municipal (Casa de Cortés) qui était le siège du premier gouvernement. Il y a aussi le Jardin del Centenario avec la Fuente de los Coyotes qui est une place recevant des clowns, et d’autres spectacles. De plus, vous y trouverez le Monument de Miguel Hidalgo y Costilla et le musée national de cultures populaires.

Tramway de Coyoacán

Une visite unique à travers les rues emblématiques, les lieux d’intérêt et les sites historiques. Le thème change en fonction de la période de l’année. Par exemple, il existe des visites des haciendas et des maisons des célèbres stars du cinéma national, une promenade des légendes et des ruelles, ou la visite classique du quartier.

Museo Nacional de Culturas Populares

Ce musée est un effort pour préserver et diffuser les différentes manifestations des différentes cultures de notre pays. Le musée vous accueille avec un graffiti représentant les “tisseurs de rêves”, plus loin vous trouverez la seule pièce permanente du musée : un arbre de vie (comme ceux que l’on peut acheter au marché de Valle de Bravo) de cinq mètres et qui représente le mestizaje de notre pays. Les manifestations culturelles ne se limitent pas aux peintures et aux objets, puisqu’il y a des concerts de musique mixtèque, des danses Purepecha et des récitals en nahuatl, pour n’en citer que quelques-uns. Le fait qu’il n’y ait pas d’exposition permanente fait de ce musée une expérience différente à chaque fois que vous le visitez. On y trouve des peintures et des objets Huichol, l’art textile des Indiens Amuzgo (qui tissent sur des métiers à tisser et fabriquent des huipiles, des châles, etc.), une exposition sur le maïs et son importance dans notre culture, et la peinture amate. Ce musée ne laisse pas de côté un autre de nos patrimoines culturels les plus importants : la nourriture. Selon l’exposition, vous pourrez apprendre la recette de la crème de huitlacoche ou comment griller des chapulines (sauterelles). Si vous êtes intéressé par la culture populaire, vous devez vous renseigner sur les différents ateliers qu’ils proposent.

Musée Diego Rivera Anahuacalli

Non, vous n’êtes pas entré dans la zone crépusculaire, vous êtes simplement entré dans la dimension de la fantaisie de Diego Rivera (1886-1957), le célèbre muraliste mexicain, qui a construit cette merveilleuse anomalie architecturale inspirée du préhispanique – mais alors, en général : tout Maya ou Aztèque qui regarderait ce bâtiment le trouverait aussi Maya ou Aztèque que Disneyland. Construit entièrement en pierre volcanique, il possède des fenêtres recouvertes d’albâtre et plus de recoins et d’escaliers à l’intérieur que le temple d’une divinité mésoaméricaine diabolique dans un film d’El Santo. Pour toutes ces raisons, c’est une promenade magnifique. Même pour le fait que, bien qu’entouré de tous côtés par la ville, il est pratiquement éloigné de tout et s’y rendre est une odyssée en soi. Conçu par Rivera lui-même avec quelques conseils du grand architecte Frank Lloyd Wright, le bâtiment a été achevé dans les années qui ont suivi la mort du peintre et inauguré en 1964. L’Anahuacalli (qui en nahuatl signifie maison de l’Anahuac, qui à son tour signifie : près de l’eau) contient des pièces précolombiennes de la propre collection du peintre (composée de plus de 50 000 pièces), ainsi que des œuvres et des croquis de l’artiste. Sur l’esplanade, il y a des spectacles et des représentations, et dans la salle attenante, il y a souvent des concerts de chambre et des expositions. La vue sur le sud de la ville depuis sa terrasse est magnifique.

Bonus : Le Fridabús ! Il existe un service de navette entre ce quartier et le musée Frida Kahlo Casa Azul au prix de 100 dollars, qui comprend l’entrée aux deux espaces.

Musée de la maison de Léon Trotski

Ce lieu expose l’histoire de Léon Trotskiet de sa femme Natalia Sedova, lorsqu’ils étaient persécutés par le régime stalinien. Vous y trouverez des lettres adressées au président Lázaro Cárdenas, de la vaisselle achetée sur les marchés de l’époque et même un magnétophone à rouleaux de cire utilisé par le révolutionnaire russe. Rejeté en Turquie, en France et en Norvège, le couple a reçu le soutien de Diego Rivera et d’Octavio Fernández. Ils s’installent à la Casa Azul, mais en raison de problèmes amoureux entre Frida Kahlo et Trotski, ce dernier décide de déménager dans une résidence qu’il a achetée grâce aux dons du Parti socialiste ouvrier des États-Unis. En 1990, il est devenu ce musée. Dans la première salle, vous trouverez des photographies de la mort de Trotski, du cortège funéraire dans les rues de la ville et même une photo de son corps après sa mort. Dans la cour, vous remarquerez de hauts murs, que Trotskiavait construits pour se protéger, sans succès, d’éventuelles attaques. Vous pouvez également visiter le poulailler, où l’homme politique élevait ses lapins, et le garage, où sont conservés les documents politiques. Vous pouvez également visiter la cuisine et le bureau où le couple et ses collaborateurs ont travaillé. Après la mort de Trotskiaux mains d’un infiltré, le président Lázaro Cárdenas a acheté la propriété et a permis à Natalia de rester aussi longtemps qu’elle le souhaitait. Elle est décédée en France en 1962. Les cendres de Léon Trotski restent dans le jardin.

Centro de Artes Vivas

Coyoacán est l’un de nos endroits préférés pour se promener et passer du temps avec des amis. Aujourd’hui, le Centro de Artes Vivas, récemment inauguré, nous donne une nouvelle excuse pour y aller plus souvent. Un espace pour tous les âges où vous pouvez assister à des concerts, des galeries d’art d’avant-garde, des ateliers, des pièces de théâtre, des activités sportives et d’autres événements. Le lieu dispose de deux entrées, l’entrée principale menant au bâtiment qui abrite les expositions au premier étage, tandis que le rez-de-chaussée abrite des salles de classe pour les ateliers et les laboratoires. Il y a également un espace vert où vous pouvez vous allonger sur l’herbe, vous asseoir sur des bancs en béton ou vous tenir sur la dernière marche de ce qui ressemble à un forum en plein air pour profiter de la vue. L’autre entrée mène au parking et à la salle de concert. L’un des avantages du Centro de Artes Vivas est que si vous avez faim, vous n’avez pas besoin d’aller ailleurs ; à l’intérieur, vous trouverez le restaurant Frida. La couleur rose et les lettres néon du restaurant tranchent sur le gris du bâtiment, et vous devez y entrer pour accéder à la bibliothèque. Les vitraux sont colorés avec un effet litmus et les oiseaux chantent dans les arbres. Grâce à son atmosphère calme et détendue, vous pouvez vous réfugier dans cet espace pour vous isoler du bruit de la ville ou pour lire un livre, sans pour autant laisser de côté les activités culturelles et sportives qui vous sont constamment proposées.

Parque Masayoshi Ohira

Bien qu’il soit devenu un lieu de tournage, il a été oublié pendant quelques décennies jusqu’à ce qu’il soit remodelé en 2015. Lorsqu’il a été créé, il n’avait pas de nom, alors les habitants l’ont appelé “Pagoda Park” en raison de ses détails orientaux tels que son arche, son pont et son petit lac. Son charme asiatique en a fait l’un des lieux de tournage du film El señor fotógrafo (Monsieur le Photographe) de Cantinflas en 1952. En 2015, l’espace a été sauvé et a reçu le nom de Masayoshi Ohira Park, en l’honneur du Premier ministre du Japon de 1968 à 1969, qui est devenu le premier homme politique japonais à visiter notre pays.

U-Tópicas: Librairie ety galerie féministe

Au cœur de Coyoacán, à quelques pas de la División del Norte, nous trouvons une petite librairie, une galerie et une boutique d’artisanat axée sur l’art réalisé par les femmes. U-Tópicas a ouvert ses portes il y a quelques mois à peine et se consacre à 100% à la défense et à la découverte du talent des femmes dans la culture. Ce petit endroit accueille les visiteurs avec des recommandations accueillantes et un arôme intense de café et de livres. Le projet est dirigé par Martha Aguilar, écrivain et artisan, et Martha Julieta, scénariste et productrice. Avez-vous remarqué que dans les grandes librairies, vous trouvez peu de livres écrits par des femmes ? Dans cet endroit, vous n’aurez pas à gratter pour trouver un poète, un philosophe ou un artiste. L’esprit de U-Tópicas est à ce sujet, tout ce qui est exposé et en vente est fait par et pour les femmes. U-Tópicas possède une collection de plus de 2 000 000 de livres, son inventaire comprend des études de genre, de l’art, de la politique, du théâtre, des récits, de la maternité, de la poésie et des textes pour enfants. Il y a même un coin avec des livres d’occasion, au cas où vous seriez à court d’argent. Vous y trouverez des exemplaires à partir de 150 pesos. Dans cet espace, on trouve également des arts manuels, des produits textiles ; des blouses, des sacs et des broderies réalisés par des artisanes de Puebla, Oaxaca, Chiapas, Hidalgo et par un petit groupe de femmes qui ont été déportées. Des autocollants, des agendas, des bijoux fantaisie, des pins et des porte-clés sont exposés dans les vitrines. L’une des propositions les plus intéressantes de U-Tópicas sont les illustrations d’Eulogia Merle, une artiste argentine.

Centro Cultural Elena Garro

Dès son annonce, elle a suscité la controverse. Les voisins s’y sont opposés et les travaux sont toujours remis en question, mais c’est l’une des plus belles librairies de la ville. Les modifications apportées par Fernanda Canales au bâtiment d’origine ont donné naissance à un espace avec des plafonds très hauts, beaucoup de lumière et de la verdure partout. En théorie, il fonctionne comme un centre culturel, mais les événements qu’il organise sont plutôt aléatoires. Vous pouvez perdre des heures dans ses couloirs – comme à l’époque où les couples parlaient sur le téléphone fixe sans craindre le temps d’antenne – à admirer toutes sortes d’imprimés ; sérieusement, il possède l’une des plus grandes offres que vous puissiez imaginer. La section pour enfants, par exemple, éveille le désir d’avoir un couple de rejetons pour profiter ensemble de certains des nombreux livres que vous trouverez ici, mais l’amour de la lecture n’en est pas encore là… pour le moment.

Comment se rendre à Coyoacán ?

Il y a plusieurs options pour aller à Coyoacán :

Vous pouvez prendre la ligne 3 du métro vert et ensuite descendre à la station Coyoacán. Vous allez prendre par la suite un bus qui part au centre de Coyoacán ou bien vous pouvez aussi prendre la ligne 2 du métro c’est-à-dire la ligne bleue et descendre ensuite à la station General Anaya. Vous allez continuer en prenant la sortie qui va vers la rue 20 d’Agosto, et une fois arrivé là-bas vous allez prendre le bus qui va directement au centre de Coyoacán.

Où manger dans le quartier de Coyoacán à Ciudad de Mexico

Los Danzantes

Ils se définissent comme les créateurs de la cuisine mexicaine contemporaine : une auto-désignation qui comporte une grande responsabilité et qui, par conséquent, les place à un niveau d’exigence gastronomique très élevé. Leur établissement, situé au cœur de Coyoacán, a peut-être été l’un des premiers à proposer des mezcals comme boisson de premier choix, lorsqu’ils ont décidé de fabriquer leur étiquette à partir du distillat d’agave de Santiago Matatlán, à Oaxaca. Ils ont également promu les producteurs de vin nationaux. Nous vous recommandons d’essayer l’entrée de hoja santa au fromage de chèvre et les désormais historiques raviolis farcis au huitlacoche : un mélange qui peut sembler banal aujourd’hui, mais qui à l’époque était une audace qui marie parfaitement la saveur douce des pâtes aux tons terreux du champignon noir. Si votre appétit est plus capricieux, commandez le filet de bœuf à l’huile de guajillo, fromage asadero et chile pasado accompagné de pâte de haricots, qui doit être accompagné d’un verre de vin rouge. Demandez au serveur de vous conseiller sur la bouteille la plus adaptée à votre budget. Si vous avez le choix entre manger à l’intérieur ou à l’extérieur du restaurant, nous vous recommandons de manger à l’extérieur, avec une vue sur la fontaine Coyote. L’hôtel ne dispose pas de service de voiturier ni de son propre parking, mais il a conclu un accord avec un parking situé à quatre pâtés de maisons où vous pouvez garer votre véhicule. Mais au final, c’est une expérience qui semble avoir été figée dans les années 90 au profit des touristes qui visitent Coyoacán, et il serait temps de rénover sa formule au profit de la gastronomie mexicaine.

Café Avellaneda

Quel meilleur symbole pour le centre-ville de Coyoacán qu’un écureuil ? Le Café Avellaneda s’approprie cette icône et la reflète sur ses murs bleu turquoise, dans le style classique et ancien de la région. Inspiré par le personnage de Laura Avellaneda dans le livre La Trêve de Mario Benedetti, ce petit endroit caché est un incontournable de la région. Cinq bancs à côté du bar, deux tables doubles et un banc à l’entrée offrent un espace confortable et tranquille pour prendre un café à votre goût en compagnie des baristas et des clients occasionnels. Contrairement à d’autres lieux, le Café Avellaneda ne propose pas de menu, mais une sorte de fiche technique où l’on peut consulter l’histoire du lieu -directement de la Foire de la Piñata à Acolman, État du Mexique-, les propriétés d’un produit d’excellence et les différentes méthodes d’extraction et de production du café que l’on va consommer. Choisissez, avec l’aide du barista, entre les grains apportés de Oaxaca, Chiapas ou Veracruz et demandez au “Bar des Méthodes” de préparer votre café soit avec la ripper, l’aeropress, la presse française, un espresso classique ou la fameuse infusion froide, dont la préparation prend au moins une journée entière. Mais ce n’est pas tout, pour avoir le meilleur café, il faut avoir les meilleurs cueilleurs. Le produit que vous pouvez consommer au Café Avellaneda est obtenu grâce à des projets de durabilité et au soutien économique des agriculteurs qui le récoltent. Le Café Avellaneda est délicieux, responsable et fait sur mesure pour vous.

Mercado de Carmen

Un projet pour donner un punch gastronomique au sud. Il n’a pas été conçu par le bureau de Rojkind, mais il n’a pas besoin de l’être. Le Mercado del Carmen se trouve à quelques pas de la Plaza San Jacinto, à San Angel, dans une maison coloniale rénovée. L’endroit compte deux étages et environ 25 magasins. Parmi eux, citons Milk Bar, qui propose des biscuits, milkshakes et sandwichs glacés végétaliens (nous vous recommandons le snickerdoodle ou le citron jaune et fromage ricotta) ; Kaypachá, qui propose des produits biologiques ; La Marquesería, qui vend le dessert typique du Yucatèque ; La Papería, qui propose différents types de pommes de terre et de garnitures ; Moira’s Bakehouse, qui propose des gâteaux au thé et des scones ; et Tomás Casa Editora de Té. Parmi les autres stands figurent Tout Chocolat, La Charcutería, Semillas et Fonda Garufa. Mais il ne s’agit pas seulement de manger. Outre les lieux culinaires, le Mercado del Carmen propose également des projets tels que la galerie Chopin, une boutique de vêtements appelée Stackpole et l’artisanat du Chiapas par Min. Il faut applaudir les propositions faites dans des lieux autres que les lieux habituels. Bien que l’inauguration ait lieu à la fin du mois d’août, plusieurs stands sont déjà en place. La touche finale que nous espérons voir bientôt ? Un endroit pour s’asseoir, se rencontrer et manger toutes les délicatesses que le marché a à offrir.

La Casa de los Tacos

La cuisine mexicaine est prise très au sérieux dans cette taqueria de Coyoacán. L’odeur des tortillas grillées et cuites au four vous emplit immédiatement le nez. Vous pouvez essayer des courgettes farcies de poivrons poblano dans une sauce pulque ou des tacos au chorizo vert artisanal. Mais, l’une de leurs spécialités sont les vers maguey et les sauterelles, ils savent comment les préparer ici, donc vous ne pouvez pas les manquer. Il y a les chinicuiles, qui sont des vers maguey rouges, ou les meocuiles, qui sont blancs. Ils sont servis avec du guacamole frais, des chips de tortilla et des tortillas fraîchement préparées. Demandez s’ils ont du sanglier ou du chevreuil, car ce sont également d’autres spécialités de cette cuisine mexicaine typique.

Marché Roma Coyoacan

Le concept de Mercado Roma arrive à Coyoacán et apporte avec lui 42 lieux remplis de bonnes vibrations, de bonne nourriture et de beaucoup d’énergie. Certains des restaurants sont les mêmes que ceux de Rome, mais avec un concept différent et vous pouvez trouver littéralement tout. Bien qu’il s’agisse de la même ambiance, l’endroit est totalement différent, il est plus spacieux, plus lumineux et il y en a pour tous les goûts. C’est un marché qui satisfait les palais les plus exigeants et fait plaisir à tous ceux qui ont faim et envie. Venir ici pour manger, boire et socialiser génère une expérience car vous pouvez voir que les habitants s’entendent bien entre eux, vous pouvez être en contact direct avec les chefs et les propriétaires et vous faire de nouveaux amis.

Les meilleures offres de cette succursale du sud sont :

Café et thé
Rosa Café est une spécialité d’extraction de café et de chocolat de Oaxaca, je vous recommande le chocolat blanc frappé. À Kanayma, ils cultivent leurs salades, fabriquent des jambons et des chorizos comme le saucisson de lapin, et s’occupent de tout le traitement des animaux dans une ferme. La Botica del Té, où l’on vous propose une infusion en fonction de votre signe du zodiaque ou de la carte de tarot que vous tirez. Cafexología est un bar à cocktails avec café et thé, né d’un mariage et d’un amour pour les plantes. Ils proposent des thés toniques, des infusions froides et leur classique, loué par tous, le carajillo de mazapán qui n’est pas du tout sucré, et mon préféré, le matcha terejillo, vous en redemanderez à chaque gorgée. Ils proposent également des biscuits de La Galletería et des beignets aux saveurs uniques.

Nourriture et boissons
Tetakawi, tacos de Sinaloa et Baja California. Les tortillas sont faites à la main et ils ont mon nouveau favori : les tacos de barbacoa de poulpe, la sauce est spéciale, bien qu’elle n’ait pas le goût de barbacoa en tant que tel, elle est très savoureuse, le poulpe est bien cuit, doux et les morceaux de carotte lui donnent une touche croquante. A Xanabá se trouve la cuisine yucatèque, son menu est très simple et avec très peu d’éléments, ma recommandation est les panuchos faits à la main. Kua 32, dont le nom vient de la langue nahuatl et signifie manger, le nombre représente les 32 entités de la République mexicaine et ils le font avec des tacos typiques mais remasterisés. Par exemple, les carnitas à la Michoacán sont faites avec du canard, mais le meilleur était le doradito de poitrine de porc avec de la purée de pommes de terre. La cuisine marocaine est en Cus avec des épices, des légumes et beaucoup de couscous, essayez leurs eaux aromatisées sans sucre.

Entre Risa y Risa est une pulqueria et antojeria qui sauve le goût et la tradition des pulques de l’État de Mexico, mais sans la texture gluante que peu de gens aiment. J’en ai essayé un avec du persil et c’était très rafraîchissant. Les saveurs changent tous les cinq jours. Allez chez Doña Lucy si vous aimez Oaxaca, c’est votre nouveau must car ils font tout sur place, des enmoladas et enfrijoladas, aux tlayudas avec tasajo. Ils vendent du mole et du mezcal si vous préférez cuisiner à la maison. Le mole est traditionnel, doux et épicé avec une légère saveur de chocolat. Caseus Mac & Lasagna est la maison de la cuisine italienne et les mac & cheese sont aussi crémeux que ceux faits maison, vous aurez envie de manger tout le menu.

La satisfaction générée par les nouveautés des marchés alimentaires est vaste, car elles embrassent le goût avec le palais, l’architecture avec les yeux et l’esprit avec la satisfaction.

Où dormir dans le quartier de Coyoacán?

Vous avez divers choix sur les endroits où vous pouvez dormir :

La Casita de Coyoacán

Qui est une maison d’hôte charmante et se trouve sur une rue calme et proche de la maison bleue. Côté nourriture, leur petit déjeuner est jugé très bon avec un mixage d’aliments américains et mexicains. Elle est dotée d’une terrasse sur le toit.

Casa Moctezuma

Vous pouvez choisir cette casa. Il s’agit d’un logement élégant à un prix concurrentiel. Elle est typique de Coyoacán avec une rénovation réussie. Vous y trouverez également des maisonnettes avec un coin salon. Elle dispose d’un jardin jugé très agréable avec de l’air pur et des vélos à la portée des invités.

Hache 21

Si vous désirez faire un séjour avec un haut de gamme, alors c’est l’endroit idéal pour vous ! Il se trouve au cœur de Coyoacán et pas loin de la place centrale. C’est un petit hôtel qui met à votre disposition des studios à caractère modernes et surtout très confortables.

Vous savez à présent tout ce qu’il faut savoir sur Coyoacán au Mexique. Si vous avez encore des questions, écrivez-vous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

AUTRES ARTICLES

Explorez le Chiapas un email à la fois. Recevez la newsletter d'Alma de Chiapas directement par email.