Tlaloc était le dieu aztèque de la pluie et l’une des divinités les plus anciennes. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce dieu.

Tout savoir sur le Pozole du Mexique

Tlaloc

Tlatloc, aussi appelé Tlalocan Tecuhtli, était considéré comme une divinité aztèque qui était associée à la pluie et à l’eau. Dans la mythologie et dans la religion aztèque, il y tenait un rôle assez primordial. Ce fut le cas pour les autres divinités que vénéraient les peuples mésoaméricaines. Tlaloc occupait une place importante dans les croyances aztèques ! Le connaissez-vous ? Nous allons vous faire une présentation détaillée de cette divinité aztèque.

Sommaire

Qui est la divinité Tlaloc ?

Sur le plan mythologique

Tlaloc était considéré comme la divinité liée à l’eau, plus précisément celle de la pluie. Les adeptes de Tlaloc l’invoquent pour que leurs récoltes soient bénies. Ils lui attribuent ainsi les décès par noyades, ceux de la foudre et de même que plusieurs maladies comme les ulcères, les maladies de la peau, la lèpre….Lorsque les personnes mourraient suite à ces maladies, ils les amenaient sur le territoire de Tlaloc. 

Pour sa représentation, Tlaloc était représenté le plus souvent avec un masque qui avait de longs crocs et avec de grands yeux ronds qui sont par la suite entourés de cercles qui étaient le plus souvent des serpents. Ce dessin ressemblait à celui des divinités d’autres civilisations comme celles de la Mésoamérique comme chez les Mayas avec une origine très ancienne. Aussi, il y avait un autre dessin qui le représentait dans lequel il portait un chapeau avec des instruments comme la hache et des outils aratoires.

Sur le plan religieux 

Tlaloc était considérée comme une divinité que certains peuples mésoaméricains redoutaient surtout pendant la période de la sécheresse et des cyclones. Étant donné qu’ils lui ont attribué la pluie, ils évitent de l’énerver afin de se prémunir des risques naturels. 

Tlaloc était la principale divinité des tribus sédentaires mais aussi rurales du Mexique Central jusqu’à l’arrivée des tribus guerrières qui sont venues du nord et apportèrent des cultes nouveaux notamment avec celui du Soleil et celui du ciel nocturne étoilé. 

Pendant le triomphe aztèque, plus précisément à partir du XIVe siècle, un culte important fut donné à Tlaloc par le syncrétisme religieux. Un sanctuaire lui était consacré avec une peinture bleu et blanc. Le blanc était considéré comme la couleur de la pureté pour les Mexicas à leur temps.

Sur le plan rituel

A leur temps, les adeptes de cette religion étaient très attachés à leur religion et ne feraient en aucun cas les rites organisés à l’honneur de leurs divinités. Ainsi, ils disaient que pour éviter la colère des divinités, ils se devaient d’organiser de nombreuses cérémonies rituelles. Cela pouvait durer tout au long de l’année mais ils lui dédiait particulièrement le premier mois de l’année de leur rite rituelle  qui s’appelait chez les Aztèques « l’arrêt de l’eau ». Les autres peuples quant à eux, l’appelaient « l’arbre s’élève » et aussi le seizième qui renvoie à la descente de l’eau. 

Pendant le déroulement de leurs cérémonies, les Aztèques lui dédient de nombreux sacrifices humains et c’est pour la plupart du temps des enfants noyés. A leur époque, il avait aussi une autre figure mythologique nommée le Serpent à plumes prêtre de Tlaloc qui lui aussi occupait, dans la hiérarchie, un rang assez considérable chez ces peuples.

 Les personnes qui étaient décédées des maladies attribuées à Tlaloc (exemple la lèpre ou une situation de foudre) et les femmes qui sont mortes en couches étaient juste enterrées avec un bâton en bois. 

Il faut dire que ces peuples de diverses civilisations tenaient assidûment à leur religion mythologique et en aucun cas ils ne voulaient se détacher de leurs cérémonies rituelles et d’autres évènements assignés à leurs divinités anciennes et très respectées par peur de punitions.

Vous savez à présent tout ce qu’il faut savoir sur Tlaloc, le dieu de la pluie aztèque. Si vous souhaitez en savoir plus, écrivez-nous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

AUTRES ARTICLES

Explorez le Chiapas un email à la fois. Recevez la newsletter d'Alma de Chiapas directement par email.