Ville charmante, calme et apaisante, Chiapa de Corzo est un petit coin de paradis se trouvant dans le merveilleux Etat du Chiapas. Cette cité historique située près de la rive droite de la rivière Grijalva est un pueblo magico à visiter à tout prix lors de votre séjour au Mexique. Dès lors, vous demandez-vous quelles sont les raisons de vous rendre au Chiapa de Corzo ? Désirez-vous connaître ce que vous pourriez faire et voir dans cette ville magnifique ? Voici 10 bonnes raisons de visiter ce pueblo magico du Chiapas…

Chiapa de Corzo : Découvrez la plus ancienne ville du Chiapas

Vue de la Fuente Mudejar

Si vous souhaitez découvrir un Pueblo Magico plein de charme, chaud et au soleil, prenez votre sac et partez depuis Tuxtla en bus pour Chiapa de Corzo ! Dès le matin, la chaleur que vous recherchez ne tardera pas à venir. La Plaza de Armas vous recevra avec ses arcs et ces briques rouges de la Pila, , les murmures d’une ville qui vient de se réveiller ainsi que le chant de des oiseaux. 

Chiapa de Corzo se trouve sur les rives de la rivière Grijalva, sur la route qui mène aux montagnes de Los Altos. Cette destination réunit tout ce qui fait le charme du Chiapas : les montagnes, l’eau, les ruines, les églises anciennes, la cuisine.

Sommaire

Histoire de la ville de Chiapa de Corzo

La liste des grandeurs de cette ville est inépuisable, même si nous ne consacrerons dans cet article que quelques lignes pour rappeler les origines de Chiapa et ses premières années de vie en Nouvelle Espagne. Un chapitre qui, comme toutes les histoires du Chiapas, est rempli d’épisodes et de détails remarquables. Les terres alluviales fertiles qui constituent les rives du fleuve Grijalva ont été, dès le début de la civilisation américaine, un point d’attraction pour les groupes humains qui ont colonisé le continent.

Il est probable que les Olmèques habitaient déjà l’antichambre du Canyon du Sumidero, et plus tard les Zoques et les Mayas s’y sont établis ; cependant, selon l’opinion de Carlos Navarrete dans son ouvrage “Investigations archéologiques sur le problème du Chiapas“, ceux qui sont venus gouverner toute la région à partir du VIe siècle de notre ère sont les Chiapas, qui, selon certaines sources historiques, sont arrivés des terres de l’actuel Nicaragua et ont déplacé de force les anciens habitants de la région.

Les Chiapanèques étaient très différents de tous les autres habitants du centre du Chiapas. Leur apparence physique a profondément impressionné les conquistadors. Le frère Tomás de la Torre – cité par Francisco Ximénez dans l’Histoire de la province de San Vicente de Chiapa et du Guatemala de l’Ordre des Prêcheurs – qui a accompagné le frère Bartolomé de las Casas lors de sa première visite dans la région, les a décrits comme des gens “très cultivés, ainsi que des hommes et des femmes qui ressemblent à des géants… ils marchent nus… leurs cheveux tressés avec des galons et entourés autour de leur tête “.

La capitale de l’ancien Chiapas, selon les chroniques, s’appelait Napiniaca -Pueblo Grande- et était décrite par Berne Diaz del Castillo, auteur de “True History of the Conquest of New Spain” et parlant de la nation du Chiapas, Fray Tomas de la Torre, cité par Francisco Ximenez, ajoute que “Ils possèdent beaucoup de terres et le meilleur de ce qu’il y a aux Indes… Ils sèment deux fois par an et s’ils voulaient semer sept fois, ils le pourraient aussi, parce que la terre est toujours là pour ça… il y a une grande abondance des fruits de la terre… Ce sont des gens qui travaillent dur et donc on voit la nuit le feu dans les maisons, que les femmes filent et tissent.

Avant l’arrivée des Hispaniques, les habitants du Chiapas dominaient militairement toute la vallée centrale de la rivière Grijalva jusqu’à la Sierra Madre de Chiapas et sur quelques marches de la côte Pacifique et de l’isthme de Tehuantepec, où ils avaient des garnisons pour attaquer les commerçants qui apportaient des marchandises d’Amérique centrale et le Soconusco pour l’Altiplano del Anahuac, de même, les gens s’en prenaient aux esclaves et aux victimes de sacrifices.

L’éloquent chroniqueur militaire Bernal Díaz del Castillo, dans son ouvrage déjà cité, se souvenait d’eux comme d’un peuple redoutable… “car ils étaient certainement à cette époque les plus grands guerriers que j’avais vus dans toute la Nouvelle Espagne, même si les Tlaxcalans et les Mexicains, ni zapotèques ni métis, y entraient. La conquête du Chiapas n’a pas été facile pour les Européens. La première expédition de guerre a été menée par le capitaine Luis Marín qui, sur ordre d’Hernán Cortés, a quitté Coatzacoalcos pour la province de l’actuel fleuve Grijalva.

Bernal Díaz del Castillo nous dit que la résistance du Chiapas a été féroce et nous transcrivons à titre d’exemple ce fragment de sa véritable histoire de la conquête de la Nouvelle Espagne… “Il était effrayant de voir comment ils nous ont rejoints pied à pied et ont commencé à se battre comme des lions enragés. Et notre artilleur, qui portait ce que l’on pourrait appeler un costume noir, coupé de la peur et du tremblement, ne savait pas comment tirer ou mettre le feu à son arme. La chute de la ville de Napiniaca a été réalisée grâce à l’aide des tribus ennemies du Chiapas, qui ont fourni aux Européens des canoës pour traverser le fleuve et leur ont montré les gués d’entrée. Ce n’est que de cette manière qu’ils ont pu soumettre la capitale du Chiapas, sinon la résistance aurait été prolongée”.

La première fondation hispanique dans ce qui est aujourd’hui Chiapa de Corzo a été faite par Diego de Mazariegos le 5 mars 1528, près de la vieille ville indienne sur la rive droite du fleuve, à côté d’un céiba géant qui existe encore et qui est connu sous le nom de Pochota. À cause de la chaleur terrible, des nombreux insectes et des indigènes hostiles, les conquérants ont préféré émigrer vers les montagnes du nord-est et dans la vallée de Jovel où ils ont établi la Villa Real – aujourd’hui San Cristóbal-, avec un climat qui leur rappelait le vieux continent, laissant derrière eux, en terre chaude, Chiapa de los Indios, sous le mandat des encomenderos, des indigènes alliés et des frères évangélisateurs.

Les premières années de la nouvelle vie espagnole à Chiapa ont été des années de troubles et de soulèvements. Les Espagnols ont érigés des impôts et commis toutes sortes d’abus contre les Indiens. Vers 1532, les Chiapanèques affrontèrent à nouveau les colonisateurs et après des batailles sanglantes, ils se retirèrent à l’entrée du canyon du Sumidero où ils présentèrent leur dernière résistance. Lorsqu’ils ont été accablés par leurs ennemis, les Indiens ont tenté de s’échapper à l’intérieur des murs de la faille géologique et beaucoup d’entre eux ont glissé, perdant la vie en s’écrasant contre les rochers ou dans les eaux du fleuve qui était impressionnant à cette époque.

De cette malheureuse évasion est née la légende du suicide collectif du Chiapas, un mythe romantique, dont la vérité historique a été maintenue pendant des siècles jusqu’à ce que le chercheur Jan de Vos prouve qu’il ne s’agissait que d’une légende et que la célèbre épopée du Chiapas n’était que la mort par chute d’une falaise de quelques braves guerriers et non le suicide collectif d’hommes, de femmes et d’enfants comme l’ont toujours proclamé les poètes et les historiens locaux. Le dernier chef du Chiapas, nommé Sanguieme, a également essayé de sortir son peuple du joug colonial. Selon les textes de Jean de Vos, il a été capturé et brûlé vif dans un hamac suspendu entre deux céibas, tandis qu’une centaine de ses disciples terminaient leurs jours en étant pendus à des arbres sur les rives du grand fleuve.

Les véritables colonisateurs de Chiapa de los Indios étaient les frères dominicains. Inspirés par les idéaux de Bartolomé de las Casas, ils ont condamné et combattu le pouvoir des encomenderos. Au Chiapas, les Nouvelles Lois, obtenues de la Couronne royale par le biais des demandes de l’évêque Las Casas, ont été appliquées pour la première fois. Grâce à ces mesures, les Dominicains ont peu à peu gagné la confiance du peuple du Chiapas, en les endoctrinant autant que possible et en les éduquant dans de multiples métiers tels que la poterie, la pyrotechnie et le gréement, activités dans lesquelles, selon les chroniques, les élèves étaient meilleurs que les professeurs eux-mêmes.

Les constructions coloniales les plus remarquables de Chiapa sont l’œuvre des Dominicains. Le Pila qui orne la place centrale étonne aussi bien les locaux que les étrangers. C’est l’œuvre d’un frère d’origine mauresque nommé Rodrigo de Leon. La construction s’est achevée en 1562 et, dans son “Historia General de las Indias Occidentales y particular de la gobernación de Chiapa y Guatemala” (Histoire générale des Indes occidentales et particulière du gouvernement du Chiapa et du Guatemala), Fray Antonio de Remesal raconte que “les Indiens qui l’ont vu s’élever ont cru à un miracle, et les vieux se sont agenouillés et se sont frappés la poitrine comme s’ils voyaient quelque chose de divin…”.

Il est fait de briques, dont certaines sont en pointe de diamant, assemblées de telle manière qu’il ressemble plus à une trame délicate qu’à une œuvre d’architecture. Il possède huit arcs et une tour cylindrique qui servait parfois de tour de guet. Une autre grande construction dont les frères dominicains ont laissé à la ville de Chiapa est le temple et le couvent de Saint-Domingue, situé sur les rives du fleuve Grijalva. Fray Antonio de Remesal décrit le cloître du couvent comme très bien construit… “et les cellules sont très capables et bonnes… elles ont la plus grande vue sur la rivière parce que la terre est très chaude.

Le réfectoire, l’hospice et les autres bureaux sont très confortables avec l’ensemble de la maison et le verger avec son étang est d’une grande utilité pour les loisirs. La sacristie possède de nombreux et très riches ornements. Dans les couloirs du couvent de Saint-Domingue, les indigènes ont appris de nombreux métiers guidés par des frères sages comme Pedro de Barrientos, Melchor Gómez et Juan Alonso qui ont fondé nombre des coutumes et traditions qui persistent encore aujourd’hui. Au Chiapas, il y avait un mélange équilibré de races, ce qui est évident aujourd’hui, entre autres, par la grande variété de noms de famille d’origine chiapanèque qui se trouvent dans la population.

Ainsi, à côté des familles Grajales, Castellanos, Marino Hernández, vivent Nandayapa, Tawa, Nuriulú, Nampulá ou Nangusé, parmi tant d’autres. Le métissage indo-espagnol équilibré et l’arrivée tardive des Africains noirs qui sont arrivés comme esclaves au Chiapas pour s’intégrer plus tard dans la société en tant qu’êtres libres, forgés à partir de l’ancien Chiapa des Indiens, un peuple aux idées politiques libérales qui s’est manifesté au cours des luttes contre les interventions étrangères et les aspirations impérialistes.

Don Angel Albino Corzo, illustre gouverneur sous la présidence de Don Benito Juarez, est né à Chiapa. L’histoire fascinante de Chiapa de Corzo et les légendes que les siècles ont tissées autour d’elle justifient le fait que ses habitants parlent toujours des choses de leur peuple avec le superlatif sur le bout de la langue.

Que faire à Chiapa de Corzo ?

Observer la Fuente Mudejar

Située en plein cœur de la ville de Chiapa de Corzo, la Fuente Mudejar est un monument somptueux qui vaut le détour. Il a été construit dans la seconde moitié du XVIème siècle par Fray Rodrigo de Léon. Le monument à l’architecture exquise fut achevé en 1526. En le contemplant, vous pourrez vous émerveiller devant sa voûte soutenue par huit arches. N’hésitez pas aussi à découvrir son donjon derrière l’escalier en colimaçon. C’est un endroit à visiter au Chiapas avec votre appareil photo.

Les cascades d’El Chorreadero

El Chorreadero est un autre lieu d’intérêt que vous devez absolument découvrir à Chiapa de Corzo. Cet endroit est à tout point de vue une pure beauté naturelle. Dans un décor luxuriant, laissez-vous transporter dans les ruisseaux idylliques émanant de la grotte. De là, vous pourrez admirer la cascade de 25 m de hauteur mais aussi vous baigner dans les agréables piscines naturelles se trouvant sur les lieux.

Flâner à coté de la fontaine du Pila

Les fontaines de ce monument charmant de Chiapa de Corzo suffisent à vous convaincre de séjourner dans le pueblo magico de Chiapa de Corzo. Se trouvant sur la place centrale, Pila illumine toute la ville. C’est l’un des endroits les plus prisés par les riverains et les touristes.

Visiter l’espace culturel indépendant Tres50

Si vous êtes un passionné d’art et de culture, vous devriez inscrire sur votre liste des choses à faire et à voir à Chiapa de Corzo une visite dans ce musée. Dans un style sobre et sublime, vous pourrez y faire une rencontre agréable et enrichissante.

Profiter de l’atmosphère apaisante et agréable

De toutes les bonnes raisons de séjourner à Chiapa de Corzo, son atmosphère apaisante et charmante est de loin la meilleure. En effet, il est absolument agréable d’y vivre ! Ainsi donc, vous disposez désormais d’une multitude de raisons qui vous convaincront de visiter la superbe cité de Chiapa de Corzo. Il ne vous reste qu’à vous laisser préparer vos vacances de rêve au Chiapas !

Visiter l’Ancien couvent de Santo-Domingo 

Visiter, se recueillir et méditer dans l’ex covento Santo Domingo seraient aussi une bonne raison de vous arrêter à Chiapa de Corzo. Ouvert au public depuis 1993, l’ex couvent est aujourd’hui un centre culturel qui vous réconcilie avec l’histoire et la culture zapatiste.

Admirer la zone archéologique de Chiapa de Corzo

La zone archéologique de Chiapa de Corzo est aussi un endroit exquis qui vous transporte dans un univers apaisant et charmant. Il s’agit d’une expérience unique à vivre absolument en famille ou entre amis au Chiapas.

Découvrir les délices de la gastronomie locale

Faire plaisir à vos papilles gustatives est une autre bonne raison de visiter Chiapa de Corzo. Les délices de la gastronomie locale sont loués dans tout le pays. Vous retrouverez les meilleurs plats mexicains dans ce pueblo magico : la fameuse pepita avec du saccadé, tamales, Salpicon et bien d’autres. Il ne faudrait pas aussi oublier les boissons savoureuses de Chiapa de Corzo : pozol blanc, tascalate, Horchata, etc.

Comment se rendre à Chiapa de Corzo

En voiture

Se rendre à Chiapa de Corzo en voiture est vraiment facile, mais bien sûr, il faut d’abord se trouver à Tuxtla Gutiérrez – capitale de l’État du Chiapas – vous pouvez prendre un avion pour l’État depuis de nombreux points de la République et dans la plupart des compagnies aériennes du pays ; une fois sur place, vous devez prendre la route 195, en direction de votre destination.

Si vous êtes en vacances à San Cristobal de las Casas et que vous voulez vous rendre à Chiapa de Corzo, prenez la route 190.

En transports publics 

Sur l’avenue centrale de Tuxtla Gutierrez, il y a un terminal ou un arrêt de bus qui vous emmène à Chiapa de Corzo pour 10,00 pesos mexicains.

Il est situé juste en face du centre culturel Jaime Sabines, à l’est de l’avenue centrale du Colonia Centro (avenue centrale entre les rues 11 et 13 Oriente).

En arrivant, vous devez descendre sur la place centrale de Chiapa de Corzo, vous pourrez la reconnaître facilement.

Hébergement

Avec tant d’activités culturelles et d’espaces naturels à voir dans cette ville magique au centre de l’État du Chiapas, la dernière chose dont vous devez vous préoccuper est de savoir où séjourner à Chiapa de Corzo, nous savons que vous aimerez notre liste. Chiapa de Corzo dispose d’un large éventail d’établissements d’hébergement, mais il y a toujours ceux qui se distinguent par leur beauté architecturale, leur proximité avec des points d’intérêt ou les espaces naturels qui les entourent.

Hôtel Marriott Tuxtla Gutierrez

Situé à 21 kilomètres de Chiapa de Corzo, vous trouverez cet hébergement 4,5 étoiles. Au Marriot, profitez de sa piscine, de ses deux restaurants et de sa salle de sport. Détendez votre corps avec un massage thérapeutique dans son spa.

La Ceiba Hotel Spa

Ce complexe hôtelier 3,5 étoiles à Chiapa de Corzo bénéficie d’un emplacement privilégié à proximité des attractions touristiques. Vous aimerez ses espaces et ses jardins sont inspirés de la nature du Chiapas.

Hôtel Hacienda San Francisco

Il s’agit d’un hôtel 3,5 étoiles situé au centre ville. Il dispose de toutes les commodités pour assurer un séjour paisible. En outre, vous pourrez vous détendre en prenant un verre dans le lobby-bar

River Side

Cet hôtel 3 étoiles à Chiapa de Corzo dispose d’une piscine, d’un restaurant et d’un bar. Dans certaines de ses chambres, vous trouverez d’immenses fenêtres offrant une vue spectaculaire sur les montagnes.

Posada Casarreal

Hôtel 2,5 étoiles avec restaurant, Wi-Fi et parking. Il est situé à seulement 6 minutes à pied de la Plaza de Chiapa de Corzo. Profitez du fait que vous serez très proche des centres commerciaux, des monuments et des lieux d’intérêt.

Où manger à Chiapa de Corzo

Non seulement la beauté architecturale et naturelle se distingue dans cette ville magique où il y a tant à faire, mais elle est également considérée comme un sanctuaire gastronomique en raison de la richesse et de la variété de ses plats typiques. Manger fera donc partie des aventures : Où manger à Chiapa de Corzo

Des plats comme la “pepita con tasajo” ou encore la “comida grande” de Chiapa de Corzo et le “cochito hornado” sont typiques et caractéristiques de cette ville emblématique.

Plats principaux de Chiapa de Corzo

Entrées : Empanadas chiapacorceñas, soupe de fête, soupe chipilín avec des boules.

Plats principaux : Pepita au tasajo, cochito au four, porc au riz, chanfaina chiapacorceña, mole almendrado, porc au ninguijuti.

Tamales : Tamal de bola, tamal de chipilín con queso, tamal de chipilín con pollo, tamal de toro pinto, tamal de juacané o hierba santa, picte de elote, entre autres.

Desserts : Nanche et jocote tanné, daim, bolona, melcocha, nuégados, puxinú, rosca de dulce, suspiro, turrón, yucca en dulce, calabaza en dulce et bien d’autres.

Boissons : Pozol blanco con chile, pozol de cacao, tascalate, entre autres.

Jardins de Chiapa

Si vous cherchez un endroit offrant une variété de cuisine typique du Chiapas, c’est le bon : Jardines de Chiapa, car il dispose d’un buffet où la nourriture régionale abonde : pepita con tasajo, Cochito, Sopa de Chipilín, nanchis, plátanos fritos. Bonne ambiance, prix raisonnable et bon service.

Localisation : Avenida Francisco i. Madero 395, Chiapa de Corzo 29160, Mexique

Le clocher

Ce restaurant dispose d’un patio extérieur mais ombragé et est situé tout près de la Central Plaza. Ils ont plusieurs plats typiques de la ville, parmi les plus remarquables est le mol riche.

Localisation : Urbina Ave. 5, Chiapa de Corzo, Mexique

Arbre de vie

Incroyable variété dans le buffet de ce restaurant pittoresque avec des plats délicieux à la fois typiques et internationaux. Au petit déjeuner, ils servent une grande confiture maison, faite avec les fruits de la saison.

Localisation : Ave. Domingo Ruiz 300 | Inside Hotel La Ceiba, Chiapa de Corzo 29160, Mexique

Vous souhaitez en savoir plus sur Chiapa de Corzo ? Ecrivez-nous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Explorez le Chiapas un email à la fois. Recevez la newsletter d'Alma de Chiapas directement par email.

AUTRES ARTICLES