Le Mexique est un pays avec des facettes historiques assez diverses. Il est important de parler de l’héritage colonial de ce pays et de la naissance des haciendas. Le terme hacienda est de nos jours utilisé généralement pour qualifier un hôtel traditionnel charmant ou même une ferme avec une taille considérable.

Tout savoir sur les Haciendas au Mexique et l’héritage colonial

Haciendas au Mexique

Cependant, les haciendas mexicaines renferment une grande histoire qui mérite d’être connue. Plus de détails ici…

Sommaire

L’histoire particulière des haciendas du Mexique

Au lendemain de la conquête espagnole, le territoire qui a été conquis devait absolument être rénové intégralement avec une restructuration et réorganisation bien maîtrisées et sans faille.  Bien informés de la place qu’occupent les produits agricoles pour mener à bien la procédure de développement économique et financier, les conquistadors ont sur ce pas décidé de mettre en place une bonne stratégie politique pour bien développer le territoire. Suite à ceci les haciendas ont vu le jour.

Ce sont des propriétés assez grandes dirigées par les Espagnols qui font l’agriculture mais aussi l’élevage du bétail.  Ainsi, ces haciendas étaient créées pour pouvoir favoriser une résistance face aux attaques des autochtones. A plusieurs endroits stratégiques, les Espagnols y bâtissaient de grandes et véritables forteresses pour pouvoir se prémunir de la menace indigène. La structure, et l’organisation des haciendas, étaient mises en place pour permettre une bonne exploitation de vivre en parfaite autarcie et pour ne pas être réceptif aux événements des chemins de commerce mais aussi aux situations de siège. Les haciendas ont été de vraies sociétés miniatures où spécialement toutes les activités et savoir-faire y étaient représentés.

Au Mexique, au niveau de la péninsule du Yucatan, elles s’adonnent à la culture de l’or vert. Il s’agit du Sisal ou henequen. Cette plante de la famille des agaves était utilisée lors de la fabrication des cordes, des tissus ou des tapis. Aujourd’hui, même des produits artisanaux s’observent dans le Yucatan. En exemple il y a les produits comme les Hamac, chapeaux ou cloches de sisal, qui sont conçues intégralement à base de la plante l’agave sisalana.

Où ont été fondées les haciendas ?

L’économie des villes des vallées de Mexico et de Toluca, qui forment actuellement l’État de Mexico, reposait sur l’agriculture et était principalement organisée en unités productives appelées  haciendas . Cette forme de propriété foncière était la richesse la plus prestigieuse au début du XVIIe siècle.

À quoi ressemblait la vie des habitants des haciendas ?

Les modes de vie dans les haciendas étaient l’interrelation que les agriculteurs avaient avec les administrateurs, les contremaîtres et les ouvriers, ainsi qu’avec les employés d’une grande maison, la manière de vivre ensemble, de s’amuser, leurs traditions, entre autres ; ceux-ci étaient directement liés aux formes de production.

Les haciendas, moyen de domination pour les espagnols

Ainsi, les familles espagnoles avaient comme richesse des propriétés avec des tailles qui sont incroyables et qui leur permettaient d’encaisser largement des fortunes considérables. Cependant, si l’agriculture était considérée comme une activité rentable, il y avait parallèlement d’autres qui étaient plus fructueuses comme par exemple l’extraction des sols des minerais précieux. Il est à noter que se mettant avec eux, leur église avait une place au sein du corps central de chaque hacienda par le biais d’une chapelle. A cet effet, les espagnols avaient mis au point un système qui était notamment totalitaire où il avait droit de vie ou de mort sur leur territoire. Ce système fut d’ailleurs le socle de la révolution mexicaine qui avait abouti quelques années plus tard au droit de l’indépendance du pays. Enfin, il faut retenir que la constitution mexicaine de 1917 va finir par abolir le système d’exploitation agricole.

L’histoire de la renaissance des Haciendas

C’est l’une des plus essentielles de l’histoire des haciendas mexicaines. En effet, avec le développement du tourisme, les Haciendas sont devenues ainsi de véritables et importants trésors pour les promoteurs, les hôteliers mais aussi les investisseurs. Outre le fait que plusieurs d’elles furent abandonnées, elles sont aujourd’hui en train d’être reconverties en hôtels, restaurants, musées ou résidences personnelles. Elles constituent de nos jours un grand avantage pour le tourisme et sont le symbole de l’histoire coloniale mexicaine.

Les différents types d’haciendas du Mexique

Par l’activité à laquelle ils étaient dédiés, on peut distinguer six types d’haciendas au Mexique : 

  • Sucre
  • Céréale
  • Bétail
  • Pulqueras
  • Henequeneras
  • Hacienda de produits tropicaux

Les producteurs de céréales étaient localisés principalement dans les hautes et moyennes terres du Plateau central, tandis que les éleveurs de bétail occupaient les zones marginales, en particulier dans le nord du territoire. Les fermes sucrières et tropicales prospéraient dans les basses terres chaudes. Les besoins en terres, en eau, en emplois et en technologie variaient également selon le type d’exploitation. Celles qui ont demandé le plus d’investissements étaient les sociétés sucrières et certaines de celles dédiées à l’exploitation de produits tropicaux comme l’indigo. Elles ont été suivies par les haciendas agricoles, tandis que dans l’élevage et les pulqueras, les demandes de capital étaient plus faibles.

Les domaines sucriers

Les principales zones sucrières étaient situées dans l’actuel État de Morelos, à Jalapa et dans les régions du Michoacán ; Le sucre a également été produit à Autlán et Izúcar, bien qu’à une plus petite échelle. Avec l’exploitation minière, les sucreries étaient les unités productives les plus exigeantes en capital et en main-d’œuvre. Les terres propices à la culture de la canne à sucre avaient un prix élevé et il fallait ajouter au coût du terrain celui de l’eau, en plus du fait que la plupart des propriétaires terriens devaient construire des aqueducs, des fossés et des canaux pour acheminer le liquide jusqu’à leurs fermes. L’usine, qui était le moulin ou le moulin lui-même, se composait de plusieurs pièces. Dans la salle de broyage, le jus de canne à sucre était pressé dans un grand moulin formé de trois rouleaux rotatifs, entraînés par une force animale ou hydraulique. Ensuite, le jus passait par des canaux dans la chaufferie, où il était bouilli dans différentes chaudières en cuivre, afin de le purifier et faire cristalliser le sucre. La pâte était ensuite placée dans des cônes d’argile et les miels étaient laissés égoutter des cônes dans la salle de purge, pour ensuite blanchir le sucre, en enduisant ce dernier d’argile. Enfin, les cônes de sucre étaient séchés au soleil, sur des terrasses à toits mobiles.

En plus de l’usine, les domaines sucriers avaient une église, des chambres pour le maître et les employés administratifs, et des logements pour les esclaves et les Indiens résidents. Il leur était courant d’avoir de la menuiserie, de la forge et de la poterie, ce qui permettait de fabriquer et de réparer la plupart des outils agricoles, machines, outils et autres ustensiles du moulin. Pour tout ce que leur fonctionnement impliquait, les moulins devaient être entre les mains de personnes ou d’institutions disposant d’un grand capital, tels que de hauts fonctionnaires, des propriétaires de mines, des marchands ou des institutions ecclésiastiques.

Les fermes céréalières

 Les fermes céréalières produisaient principalement du blé, du maïs et, dans une moindre mesure, de l’orge. La région avec la production céréalière la plus élevée était la région de Puebla-Atlixco-Tepeaca. Deuxièmement, il y avait El Bajío, dont le développement agricole a commencé au XVIIe siècle. Ils ont été suivis, par ordre d’importance, par les zones immédiatement au nord et à l’ouest de Mexico et quelques villes de Nueva Galicia et Nueva Vizcaya. Dans les régions éloignées, comme Oaxaca, ils produisaient des céréales pour la consommation locale ainsi que du blé le long de la route de Veracruz7. impliquait un investissement élevé. Les terres pour ces types de cultures étaient chères, tout comme les droits d’eau,

Les grandes exploitations céréalières possédaient également un ensemble de bâtiments qui correspondaient à la maison d’habitation, les maisons des ouvriers, l’église, les granges et granges, les enclos pour les animaux de trait et de trait, et des sites destinés à certains travaux agricoles en particulier, comme l’époque – où le battage était effectué – et l’aventadero – où le grain déjà battu était séparé de la paille.

Les ranchs de bétail

D’autre part, les ranchs de bétail élevaient du bétail, des chevaux et des mules, qu’ils commercialisaient comme animaux de trait, de selle et de bât. Ils produisaient également pour l’abattoir, où non seulement la viande était utilisée, mais aussi le suif et les peaux. Le bœuf constituait un élément nutritionnel important dans l’alimentation de toute la population – blancs, indigènes et castes – et les villes en étaient approvisionnées. Quant au suif et aux peaux, ils étaient commercialisés aussi bien sur le marché intérieur qu’étranger. En particulier, les peaux figuraient parmi les principaux produits envoyés en Espagne. Le savon et les bougies étaient fabriqués avec du suif, car de grandes quantités de ce dernier étaient utilisées dans les mines, de même que les peaux, qui servaient à transporter le minerai et à drainer les galeries, entre autres usages. Les mines étaient donc des marchés essentiels pour les produits de l’élevage. Les ranchs de bétail occupaient de vastes étendues de terres et étaient généralement situés dans des zones éloignées des centres urbains, telles que les forêts tropicales et les steppes, et dans de vastes champs du nord. De plus, seuls quelques enclos ont été construits pour protéger les troupeaux et le coût de la main-d’œuvre était faible. Comme quelques bergers s’occupaient des troupeaux, aucune maison ni chapelle n’était nécessaire. Seuls les très grands domaines possédaient ce type de bâtiment. De plus, seuls quelques enclos ont été construits pour protéger les troupeaux et le coût de la main-d’œuvre était faible. Comme quelques bergers s’occupaient des troupeaux, aucune maison ni chapelle n’était nécessaire. Seuls les très grands domaines possédaient ce type de bâtiment. De plus, seuls quelques enclos ont été construits pour protéger les troupeaux et le coût de la main-d’œuvre était faible. Comme quelques bergers s’occupaient des troupeaux, aucune maison ni chapelle n’était nécessaire. Seuls les très grands domaines possédaient ce type de bâtiment.

Les haciendas de pulque

Par tradition, la production de pulque – une boisson alcoolisée obtenue à partir d’un agave – était entre les mains des indigènes, qui le produisaient à petite échelle pour la consommation locale. Cependant, à partir du deuxième tiers du XVIIIe siècle, les Espagnols commencèrent à produire la boisson à grande échelle, pour la commercialiser dans les centres urbains. En particulier, dans la zone semi-aride des plaines d’Apan, de nombreuses fermes de pulque ont émergé qui ont déplacé la production animale de cette région. Pulque s’est avéré être une bonne affaire : elle a exigé peu de capital et peu de travail. Les magueys se débrouillaient bien dans les terres arides et avaient besoin de très peu d’eau. De plus, ils ont grandi avec peu de soins. Pour ces raisons, les risques que présentait ce type de culture étaient faibles. Après la plantation, le travail principal consistait à ramasser l’hydromel, activité exercée par les tlachiqueros, qui peuvent être des travailleurs temporaires payés à la pièce, ou des travailleurs résidents des haciendas. Sur la ferme de San Antonio Tochatlaco, la production de pulque était associée à la culture d’orge, de maïs, de fèves, de haricots et de pois verts, tous destinés à la consommation domestique et au marché. On ne sait pas avec certitude si cette pratique était courante, car il existe peu d’études sur les haciendas pulque. Les bâtiments des haciendas pulque se composaient de logements pour le propriétaire foncier, de chambres pour les travailleurs «de confiance», d’une zone administrative, d’une chapelle, de la calpanería ou logement pour les travailleurs résidents et du tinacal, où le travail des tlachiqueros était administré et les entrées d’hydromel et les sorties de pulque ont été enregistrées. Outre les bâtiments, les magueyeras constituaient la plus grande valeur de ces haciendas, dont le prix était très élevé par rapport au coût du terrain. Le pulque était vendu dans les pulquerías de Mexico, qui appartenaient également à de grands propriétaires terriens. Là, ils avaient un marché captif qui leur rapportait des profits considérables.

Les haciendas de produits tropicaux

Pendant la période vice-royale, les haciendas de produits tropicaux étaient moins importantes que celles mentionnées ci-dessus. Ils sont nés dans les basses terres chaudes, principalement des côtes. La plupart des produits tropicaux étaient orientés vers le marché d’exportation et parmi eux le cacao et l’indigo (indigo) se distinguaient. La première s’est produite sur les côtes du Pacifique, dans les villes de Purificación et Colima, dans les ports de Zacatula, Huatulco et Acapulco, ainsi qu’à Oaxaca, mais aussi à Tabasco et surtout dans la région de Soconusco, aux alentours du Guatemala. Bien que la culture du cacao, dans une large mesure, soit encore entre les mains des Indiens, il y avait des Espagnols qui se sont consacrés à sa commercialisation. D’autre part, L’indigo qui servait à obtenir la couleur bleue était produit dans la région de Yautepec depuis le milieu du XVIe siècle. Mais déjà dans le dernier quart de ce siècle, sa production s’est étendue, proliférant dans le Yucatán, où il y avait plus de 48 fermes dédiées à sa culture. La transformation de l’indigo était très complexe et, comme dans le cas de la canne à sucre, nécessitait une technique spécifique et des installations compliquées. Ces circonstances rendaient son exploitation très coûteuse. Enfin, il convient de préciser qu’outre le fait que la plupart des domaines agricoles élevaient du bétail pour fournir des animaux de travail et de trait, et que les éleveurs produisaient un certain nombre de produits agricoles de base pour l’autoconsommation, il y avait une grande nombre de domaines mixtes. Bien que ce type d’haciendas n’ait pas été étudié,

Voilà, vous savez désormais presque tout sur l’héritage colonial des haciendas au Mexique. N’hésitez pas à visiter plusieurs d’entre elles lors de vos prochaines vacances en terre mexicaine !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

AUTRES ARTICLES

Explorez le Chiapas un email à la fois. Recevez la newsletter d'Alma de Chiapas directement par email.